Posts Tagged 'Giron 2013'

Le mot de la société de jeunesse

Chers citoyennes et citoyens,
Au nom de la Société de jeunesse, je tiens à vous remercier très sincèrement pour tout le travail fourni avant, pendant et après le giron. Que ce soit au sein d’une commission, lors des montages et démontages ou tout simplement en tant que bénévole.
Merci à vous tous car cette aventure n’aurait jamais pu se réaliser sans votre aide. Nous pouvons tous être fiers de ce que nous avons accompli car nous entendrons encore à l’avenir, loin à la ronde, parler du giron de Gletterens 2013.
Une page se tourne, une autre commence. Celle de l’après giron ! Plusieurs idées germent au sein de la société de jeunesse. Pourquoi ne pas créer un nouveau tournoi populaire qui permettrait aux habitants de la commune de partager des moments de convivialité, bon enfant et fort en amusement. Ou encore une nouvelle fête qui serait organisée quelques mois avant ou après notre traditionnelle fête de Jeunesse.
Mais rassurez-vous ! Ces petites idées de grandeur ne nous détourneront pas de notre tâche qui est de perpétuer les traditions villageoises et de resserrer les liens de tous les citoyens de la commune de Gletterens.
A cette occasion, j’invite tous les habitants à venir partager un moment convivial, que ce soit le vendredi soir lors du souper ou durant tout le weekend autour d’un bon verre, à notre traditionnelle fête de Jeunesse les 11-12-13 juillet prochains sur le thème « Les années Hippies ».
Je convie par ailleurs tous les jeunes du village souhaitant partager des moments de franche camaraderie et d’échange, à intégrer la société de jeunesse. Si cela vous tente, n’hésitez pas à me joindre au 079 / 725 17 46 ou prenez tout simplement un moment pour en discuter avec moi lors de la fête de Jeunesse.
Je vous remercie de votre attention et vous souhaite un bel été ensoleillé.

Benjamin Egger

0

A propos du giron des jeunesses de la Broye à Gletterens: quatre questions adressées aux jeunes et aux adultes

Les jeunes
Voici une synthèse des réponses de ces jeunes, responsables ou bénévoles pour leur giron de : secrétariat, camping, parking, sécurité, webmaster, bénévolat, construction, déchets, décoration, présidence de jeunesse, sponsoring, tonnelle, jeux…

Les adultes
Plusieurs adultes, bénévoles ou responsables de : l’animation, décoration, construction, peinture, déchets, subsistance, présidence de l’organisation générale, gestion des bénévoles, ravitaillement, bar, tonnelle, sécurité, cuisine, parking, montage, jeux, électricité…

Que pensez-vous du bénévolat dans ce monde mené par l’argent ?
Réflexions des jeunes

Le bénévolat est une valeur quand on n’attend rien en retour. À ces 800 à 900 bénévoles, un grand merci ! Sans eux, on n’aurait pas fait grand chose. Oui, donner, c’est rare.
Nous, on ira aider d’autres jeunesses organisatrices. La solidarité rend la fête belle.
Message aux futures générations : « N’oubliez pas d’être bénévoles ! » Autre version de : « Hodie mihi cras tibi », la charte du camping du giron.

Réflexions des adultes
Dans un monde suractif, ce n’est pas évident de trouver et de donner de son temps.
Offrir gratuitement quelque chose à son prochain, des centaines de personnes l’ont fait ici et c’est magnifique.
Bon, c’est souvent les mêmes têtes qu’on retrouve. Mais au-delà de la difficulté de dénicher des bénévoles, quand les gens sont là, ça marche et c’est une grande satisfaction.
Quand je pense que certains ont offert leurs vacances pour le giron, respect !

Quelles qualités avez-vous découvertes chez les adultes / jeunes avec qui vous avez travaillé ?
Réflexions des jeunes
Les adultes ? On voit leurs qualités et leurs défauts. Comment ils pensent et comment ils travaillent. Ça crée des liens.
Ils restent et font leur tâche jusqu’au bout. S’ils ne sont pas du métier, ils essaient d’apprendre. Ce sont de grands enfants ! (rires) très motivés et dévoués à la jeunesse.

Réflexions des adultes
« Les jeunes…, il fait bon avec ! »
Le chantier et la fête nous ont rapprochés des jeunes dont on peut lister les qualités : super sympas, bosseurs, motivés, bien organisés, de bonne humeur, respectueux…
Et ils réfléchissent, font ce qu’on leur dit, essaient d’apprendre de nouveaux savoir-faire et n’ont pas peur des responsabilités.
Même avec les « aïeuls » c’était merveilleux, on s’est bien compris.
« Tout le contraire de ce qu’on entend d’habitude sur les jeunes. »

Que pensez-vous qu’un giron de jeunesse offre à un jeune en 2013 ?
Réflexions des jeunes
Une nouvelle expérience : l’occasion de sortir à 16 ans et de découvrir les traditions des girons de jeunesses broyardes. On y fait de nouvelles rencontres et on vit de l’amitié et de la convivialité.
En 2013, un jeune est beaucoup plus dans l’informatique et pas assez dans la construction manuelle. Alors, au giron, on est avec des adultes qui nous apprennent à manier des outils, à travailler, à se débrouiller et à prendre des initiatives.
On découvre de nouveaux corps de métier et l’esprit d’équipe nous aide si on n’a pas d’expérience.
Ça nous apporte de l’ouverture d’esprit, de la créativité. On prend des responsabilités et sans s’imposer, on donne son avis et on fait valoir ses idées.

Réflexions des adultes
Un giron, ça arrive dans un village qu’une fois tous les 18 à 25 ans. Donc, une expérience humaine qui ne va pas être vécue dans le monde du travail.
Ça sociabilise les gens : faire connaissance avec de nouvelles personnes, d’autres apprentissages, se soumettre à des ordres (en discuter), vivre une belle fête ensemble.
Finalement, montrer nos valeurs aux 20’000 visiteurs qui viendront, c’est une responsabilité. On a un programme à respecter. Vous avez admiré la décoration du village, ses portiques ! Et ces jeux, quel épanouissement dans la bonne humeur !
Ça offre de la débrouillardise, de la camaraderie, du respect pour les anciens. Etre en équipe pour régler ce qui ne va pas comme on veut.

Que vous a apporté votre participation à ce giron ?
Réflexions des jeunes
Ça nous a fait mûrir en étant poussés dans la réalité à travers des rencontres avec de nouvelles personnes aux fonctions souvent importantes. Mais aussi les travailleurs de l’ombre comme ce monsieur portugais responsable des toilettes de sept à vingt deux heures !
On peut montrer ce qu’on sait faire et compléter avec de nouveaux outils ; après, on est fier que ça fonctionne.
C’est des soucis, mais on trouve vite de la satisfaction avec du travail bien fait car on est bien accompagné. Il nous restera de beaux souvenirs et des compétences qui nous aideront plus tard.
On s’échange des coups de mains entre jeunesses.
Les recherches pour imaginer les jeux. Chacun a une base historique : intellectuelle, guerrière, théâtrale, navale… Le tractage par…galère ? « Sont fous ces Broyards ! »
On ne se prend pas la tête ; on est 70 à travailler depuis trois mois ; il y a des absents, des lacunes, des erreurs, des contre-ordres mais la motivation est là. Merci, esprit d’équipe !

Réflexions des adultes
Au-delà de la fatigue, des soucis et des déceptions, il me reste une expérience de vie magnifique. Celle où se côtoient des jeunes qu’on aime bien et des plus anciens qui veulent les entourer de leur générosité et de leur savoir faire.
Ah, les retrouvailles et le plaisir de rendre service, ça laisse de beaux souvenirs.
Une occasion de créer quelque chose de grand, de beau, la joie de donner de mon temps à cette jeunesse de Gletterens.

Xavier Leibzig-Collaud

0

Giron 2013 | Les déchets en fête

Entretien avec Monsieur Jean-Luc Peter, président de la commission du développement durable, et Président de la Commission des déchets du Giron.

Roger Robert
Monsieur Peter, comment se fait-il que vous ayez été embarqué dans cette aventure ?

Jean-Luc Peter
En ma qualité de président du développement durable, le comité du giron par l’entremise de son président a pensé me confier la responsabilité de la gestion des déchets de la manifestation. J’ai tout d’abord été surpris de cette demande, j’aurais préféré autre chose de « plus valorisant ». Toutefois, après réflexion, je me suis dis que la gestion des déchets pouvait être importante et intéressante.
J’ai accepté le défi à condition que je puisse créer une équipe comprenant 2 membres de la jeunesse. Cette condition ayant été remplie, je n’avais pas d’autre choix que de me mettre au travail.

R. R.
Comme vous n’avez pas d’expérience dans ce domaine, quelle a été votre première action concrète ?

J.-L. P.
Et bien, j’ai contacté le responsable des déchets du dernier giron qui s’est déroulé à Murist afin de me renseigner sur l’ampleur de la tâche à exécuter, profiter des choses positives et de ne pas réitérer les mêmes erreurs, cas échéant. Deux personnes ont œuvrés à Murist et ont été totalement épuisées à la fin du giron.

R. R.
Conséquences ?

J.-L. P.
J’ai préféré créer une commission déchets de 8 personnes en s’organisant de manière que l’on puisse travailler de façon coordonnée. J’ai donc dû trouver des personnes de caractères différents, débrouillards, disciplinés et conviviaux. C’est ainsi que l’on se trouvait avec d’une part le grand-papa d’un des jeunes, des gens de divers horizons en mélangeant quelques anciens et nouveaux habitants du village, ainsi que de différentes disciplines professionnelles telles que : commercial, transporteur, instituteur retraité, récupérateur retraité et même un membre de la police.

R. R.
C’est très éclectique comme équipe, comment est-ce que ça a pu fonctionner ?

J.-L. P.
Ils se sont tous sentis concernés et nous avons formé un « team » motivé et dynamique. Chacun ayant sa spécialité, les choses se sont mises en place tout naturellement avec un excellent esprit d’équipe.

R. R.
Quel a été votre objectif principal ?

J.-L. P.
Nous voulions un giron propre ! Même si, au premier abord, ce n’est pas valorisant de s’occuper des déchets, il a fallu trouver les arguments. Nous sommes partis d’une page blanche, et avec la bonne ambiance, de bonnes idées et un esprit positif, la mayonnaise a pris tout de suite.

R. R.
Comme vous étiez la dernière commission formée, est-ce que la planification n’a pas été un peu « serrée » ?

J.-L. P.
Non, nous nous sommes organisés en conséquence. Nous avons commencé en octobre 2012 et jusqu’en août 2013 nous avons eu une bonne vingtaine de séances dans le calme, la sérénité, et la convivialité. En outre, nous avons obtenu du comité un budget de CHF 15’000. qu’il a fallut gérer au plus précis. Nous avons dû trouver des partenaires, notamment avec une entreprise spécialisée dans la récupération et le recyclage basée dans la région, ainsi que des entreprises spécialisées dans les véhicules agricoles.

R. R.
Vous avez donc décidé de tout recycler ?

J.-L. P.
Nous avions le choix soit de tout brûler soit de tout trier. Nous avons décidé de trier le verre et le PET séparément et de brûler les déchets généraux. En ce qui concerne plus précisément le recyclage nous avons notamment utilisé des gobelets lavables qui ont été rendus et lavés après le giron. Nous avions également des bennes et des petits véhicules à disposition, ainsi que des poubelles et cendriers magnifiquement décorées par la jeunesse et la commission de décoration. A noter que le camping qui a généré également pas mal de déchets était géré de la même manière.

R. R.
Comment avez-vous réussi à sensibiliser en particulier les jeunesses invitées à la propreté ?

J.-L. P.
Et bien nous avons développé une charte qui tient compte de différents aspects dont :

  • développement durable
  • économique
  • respect de l’individu
  • environnement

Cette charte était affichée à l’entrée du giron et a été envoyée aux jeunesses concernées.

R. R.
Avez-vous été capable de mesurer les effets de cette charte ?

J.-L. P.
A ma connaissance, nous n’avons pas eu de bagarre, ce qui contribue au respect. En ce qui concerne l’environnement, les jeunesses ont très bien joué le jeu. Par contre, au niveau économique, nous avons vu certaines Jeunesses arriver sur place avec leurs propres boissons.
Ce phénomène est malheureusement fréquent et peut mettre en danger la rentabilité et le respect du budget de fonctionnement de futures organisations de girons s’il n’est pas plus cadré.
En règle générale, je peux dire que les objectifs de propreté et d’environnement que nous nous étions fixés ont été parfaitement atteints grâce à une équipe motivée et aux nombreux bénévoles qui ont participé à l’effort de la gestion des déchets.

R. R.
Comment avez-vous réparti le travail ?

J.-L. P.
Nous avons formé des équipes comprenant 2 membres de la commission et de 4 bénévoles qui ont travaillé 20 heures sur 24. Chaque équipe était active pendant 4 heures et béné­ficiait ensuite de 4 heures de repos. Nous avons ainsi pu assurer nos objectifs d’une manière organisée et disciplinée.

R. R.
Conclusions ?

J.-L. P.
Personnellement, j’ai appris à connaitre ce domaine d’activité des déchets, très intéressant, que je ne connaissais pas. J’ai pu aussi admirer les différents travaux des autres commissions, ainsi que le grand soutien de nos autorités communales. J’ai eu la chance d’être soutenu par une équipe formidable.
Exercice réussi pour le soutien à notre Jeunesse de Gletterens
Nous avons finalement travaillé beaucoup d’heures, prises sur nos vacances pour la plus part d’entre nous. Nous n’avons pas vu le temps passer et avons eu beaucoup de plaisir à travailler ensemble et à mieux connaitre tous les habitants de notre sympathique village.
De nouveaux liens d’amitiés se sont créés, et ça c’est bon pour un développement durable.

Roger Robert

0